1 janvier 2000

.

La clarté géométrique du plan de Chambord, l’harmonie de ses proportions et la fantaisie de ses toitures hérissées de tourelles, de cheminées et de lucarnes vertigineuses sont autant de sources d’émerveillement et de spécificités. L’ombre de Léonard de Vinci, "architecteur" officiel qui meurt quelques mois avant l’ouverture du chantier de 1519, plane sur l’étonnant escalier à doubles révolutions. François Ier, commanditaire et grand veneur, ne séjourna au château que quelques semaines pour chasser dans les bois alentours, le laissant vide de meubles et d’habitants après chaque passage et, finalement, inachevé.

Les successeurs immédiats de François Ier ne viennent quasiment jamais à Chambord. Si Henri II poursuit les travaux de l’aile de la chapelle, Charles IX n’y chasse qu’à de rares occasions et c’est Gaston d’Orléans qui redonne un peu de vie aux lieux. Exilé par deux fois dans le comté de Blois par son frère Louis XIII, il réside souvent à Chambord entre 1634 et 1660 et en assume les premières transformations et restaurations avec l’installation de ses appartements dans l’aile royale. Mais la construction n’est réellement terminée qu’avec Louis XIV, qui aime ce lieu prestigieux au point d’y faire huit séjours ponctués de chasses, de ballets et de pièces de théâtre telles que celles de Molière et Lully comme Monsieur de Pourceaugnac ou le Bourgeois gentilhomme dont la première représentation fut jouée au château en 1670. Venant avec la cour dès 1668 le roi fait terminer l’aile de la chapelle, transformer une partie du premier étage du donjon afin d’y aménager une suite royale aux dépens de la logique et de la distribution originelles mais aussi surélever l’enceinte basse d’un étage afin d’y loger plus de monde. Des aménagements extérieurs sont également prévus, écuries et jardins, mais rien de tout ceci n’est finalisé.
Le XVIII° siècle est, pour Chambord, la période au cours de laquelle ses occupants effectuent les séjours les plus longs. Le château se transforme alors en "cadeau" royal prestigieux. Stanislas Leszczynski, beau père de Louis XV, attend de ce dernier un refuge suite à l’exil auquel son pays l’a contraint et c’est dans ce contexte qu’il occupe Chambord pendant huit années. Son séjour se caractérise par un ameublement permanent du château grâce aux livraisons provenant du garde-meuble de Versailles. En 1748 Maurice de Saxe devient, pour deux ans, le nouvel occupant de Chambord. Afin de le récompenser des victoires militaires remportées pour la France, il est promu maréchal et reçoit en 1748, du roi Louis XV, le titre de gouverneur à vie du château de Chambord. Un nouveau mobilier, en provenance des garde-meubles royaux, garnit à nouveau le château qui est le cadre d’une brillante vie de cour où la chasse et le théâtre occupent une bonne place. L’occupation des lieux s’accompagne de l’aménagement des écuries inachevées de Jules-Hardouin Mansart afin d’y placer un haras royal. La mort du maréchal de Saxe en 1750 amène à Chambord son neveu, le comte de Friesen, qui y réside pendant cinq ans. A partir de 1784 l’installation à demeure du marquis de Polignac, en tant que gouverneur, maintient un château meublé et de nouveaux aménagements voient le jour dans l’éventualité d’un séjour du roi Louis XVI. Au cours de la période révolutionnaire les tergiversations concernant le devenir de Chambord justifient le fait que le château abrite tour à tour des magasins à fourrage, un atelier de fabrication de poudre, une maison d’arrêt et le siège de la 15° cohorte de la Légion d’honneur.
Après la victoire de Wagram de 1809, Napoléon offre Chambord au maréchal Berthier qui n’en profite que deux jours. Suite à la mise en vente par la veuve de ce dernier, autorisée par Louis XVIII, une souscription est organisée pour racheter Chambord afin de le remettre à l’héritier de la couronne. Il s’agit du duc de Bordeaux, petit-fils du roi Charles X. C’est donc lui qui, en 1820, alors qu’il n’a pas encore un an, devient le nouveau propriétaire des lieux.
Contraint à l’exil pendant longtemps il ne découvre son bien qu’en 1871 à l’occasion d’un bref séjour pendant lequel il rédige le fameux manifeste expliquant les raisons qui l’amènent à refuser la couronne. Malgré cet exil ce personnage commence une campagne de restauration que ses neveux, les Bourbon-Parme, poursuivent intensément de 1881 à 1892 avec, notamment, la réfection de la lanterne du donjon. Propriété de l’Etat depuis 1932, Chambord poursuit sans relâche ses restaurations.

Quelques chambres d'hôtes


Les Conviv'hôtes à Chartres (Eure et Loire)
Oudoty à Kerlouan (Finistère Nord)
Hôtel Ti Jan à Ouessant (Finistère)
Maison Pons à Pougnadoresse (Gard)
Au Bout du Monde à Saint Etienne de Gourgas (Hérault)
L'Ostal du Pic Saint Loup à Saint Jean de Cucules (Hérault)
L'Hostellerie à Savigné sur Lathan (Indre et Loire)
Les Jardins de Gisèle à St Jean Lachalm (Haute-Loire)
Domaine de l'Oie rouge à les Rosiers sur Loire (Maine et Loire)
La Pinsonniere à Sanziers Vaudelnay (Maine-et-Loire)
Belle Vallée à Domfront (Orne)
Les Estives à Lescun (Pyrénées Atlantiques)
Idiartekoborda à St Etienne de Baigorri (Pyrénées Atlantiques)
La Ferme de Soulan à Saint Lary (Hautes Pyrénées)
Le Balcon du Fêtre à Chiroubles (Rhône)
Le Logis du Val à Frichemesnil (Seine-Maritime)
Le Presbytère à Saigneville (Somme)
Carpe Diem à Massangis (Yonne)
Le Clos Malo à Noyers sur Serein (Yonne)

Grandes et bonnes tables

Grandes adresses. 
Michel Bras à Laguiole (Aveyron)
Saquana à Honfleur (Calvados)
Serge Viéra à Chaudes Aigues (Cantal)
L'Hostellerie de Levernois (Côte d'Or)
Jean Paul Jeunet à Arbois (Jura)
Régis Marcon à St Bonnet le Froid (Haute-Loire)
Fontevraud le restaurant à Fontevraud-l'abbaye (Maine et Loire)
Michel Rostang à Paris-17°
Au Souper Fin à Frichemesnil (Seine Maritime)
Jean-Luc Tartarin au Havre (Seine-Maritime)

Bonnes adresses.
Le Pavé d'Auge à Beuvron en Auge (Calvados)
Le Bistrot du Bord de l'Eau à Levernois (Côte d'Or)
Bernard Loiseau à Saulieu (Côte d'Or)
Le Quai à Tain l'Hermitage (Drôme)
L'Amandier à Bourg Achard (Eure)
Le Petit Coq aux Champs à Campigny (Eure)
L'auberge de la Pomme aux Damps (Eure)
L'Hostellerie du Moulin Fouret à St Aubin le Vertueux (Eure)
Chez Emile à Toulouse (Haute-Garonne)
Le Tertre à St Emilion (Gironde)
Le Bistrot des Belles Caves à Tours (Indre et Loire)
Le Cheval Blanc à Bléré (Loir et Cher)
Le Domaine de Clairefontaine à Chonas l'Amballan (Isère)
La Mare aux Oiseaux à St Joachim / Ile de Fédrun (Loire-Atlantique)
Le Favre d'Anne à Angers (Maine-et-Loire)
Les Rosiers à Biarritz (Pyrénées Atlantiques)
Pasta e Basta à Paris-13°
Le Bec au Cauchois à Valmont (Seine-Maritime)