16 janvier 2017

13° rencontre autour du vin et des spiritueux d'auteurs

En ce troisième lundi de janvier, se tenait à Paris la 13° rencontre autour du vin et des spiritueux d'auteurs, salon professionnel organisé par « Papilles et Pupilles ». Je tiens à remercier ici Florence Coiffard et Delphine Laurent pour cette invitation ainsi que pour l'organisation sans faille de cette manifestation.
Organisation millimétrée, salon aéré et verres à dégustation optimisés pour notre plus grand plaisir et notre plus grand confort. Très beau salon avec un plateau, certes resserré, mais très intéressant.
Passons maintenant aux choses sérieuses.

Domaine Jean-Marc Burgaud (que nous avons revu avec grand plaisir)
Une valeur sure en beaujolais (Morgon), avec un style qui s'est encore affiné, respectant le fruité du Gamay.
Un Beaujolais-Village blanc 2015 : salin, minéral et tendrement vanillé pour un vin de copain terriblement séducteur. Très Bien
Un Beaujolais-Village rouge 2015 : riche, plutôt rond, sur une maturité optimale, respectant le fruité. Joli grain tannique enrobé. Excellent
Un Morgon, les Charmes 2015 : tellurique, sur un équilibre plus cistercien. Bouche qui pinote sur une épice évoquant la Syrah. Léger glycériné en finale. Excellent (+)
Un Morgon, Grands Cras 2015 : de la mâche, mais toujours frais, une impression d'extrait sec. A laisser vieillir impérativement. Excellent
Un Morgon, Côte du Py 2015 : du fruit intense, de la mâche, un velouté soyeux, plutôt rond, mais avec une allonge exceptionnelle. Belle acidité pour ce vin de (très) grande garde. On frise l'Exceptionnel
Un Morgon, Javernières 2014 : un peu difficile de passer après ce Py d'anthologie mais le vin possède un réel potentiel, de la mâche, du fruit et une acidité sur une finale serrée. Excellent

Domaine des Hauts-Chassis (Franck Faugier et son épouse)
Très belle découverte avec une gamme de haut niveau, des Syrah élégantes et structurées.
Un Crozes-Hermitage, Esquisse 2016 : floralité, fruité et épice gourmande. Une belle mâche légère. Séducteur. Très Bien
Un Crozes-Hermitage, Galets 2015 : construction tannique sérieuse, jolie rondeur et élégance fruitée sur les épices. Persistance sur des amers nobles (végétal). Excellent
Un Crozes-Hermitage, les Chassis 2015 : Un coup de cœur pour ce vin élégant, très frais, possédant une belle mâche sur une base Syrah typique. Excellent +
Un Saint Joseph, cuvée ? 2015 : corpulence, tannicité réglissée et rondeur sur une base de végétal noble (amertume). Excellent
Un Hermitage 2012 : légèrement animal / viandé, sur une base fruitée acidulée. Finesse superlative. Il possède une allonge exceptionnelle, laissant une réelle empreinte en bouche. Excellent + / Exceptionnel

Domaine Albert Mann
Une belle gamme de blancs d'Alsace malgré la présence ou l'impression de sucres résiduels. Confirmation de mon regain d'intérêt pour le Pinot Gris.
Un Riesling, cuvée Albert 2015 : finesse, impression de rondeur et de (?) sucres résiduels. Très Bien
Un Riesling, grand cru Schlossberg 2015 : très joli vin, belle définition sur la corpulence, une sorte de rondeur bienvenue et une fraîcheur sur le mentholé léger. Excellent
Un Pinot gris, cuvée Albert 2015 : très belle aromatique, légèrement muscatée, les sucres résiduels viennent ici soutenir la structure. Excellent (+)
Un Pinot gris, grand cru Hengst 2014 : le top de la dégustation ici, aromatique, rondeur et tension pour définir une complexité superlative enrobante. Excellent +
Un Gewurztraminer, Steingruber 2014 : vin typique du cépage, sur un équilibre aérien, tendu, avec des notes de bouquet de roses très fines. Excellent
Un Pinot noir, clos de la Faille 2015 : pinotage glycériné, réglissé léger et belle persistance. Tension plus « raide » que son cousin bouguignon. Très Bien +

Domaine Stéphane Ogier
Une autre très belle découvert de grandes syrah, depuis le vin de France jusqu'à la Côte Rôtie.
Un Vin de France rouge, Syrah d'Ogier 2014 : vin de soif léger, mais bien construit. Bouche tendue et ronde, sur une épice douce. Exubérance mesurée. Très Bien +
Un St Joseph rouge, le Passage 2014 : délicatesse du tannin, épice évanescente et acidité de structure juste dosée. Excellent
Un IGP Collines Rhodaniennes, la Rosine 2014 : puissante maîtrisée, grain tannique qui marque, empreinte temporelle suspendue. Excellent (+)
Une Côte Rôtie, village 2014 : léger viandé, superbes tannins crémeux, belle acidité. Déjà presque fondu. Excellent
Une Syrah de Seyssuel, l'Ame Sœur 2014 (future AOP) : bluffant ! séveux, vineux, de la mâche, une structure solide mais élégante et une empreinte finale profonde. Une vraie CR. Excellent +
Une Côte Rôtie, Réserve 2014 : enveloppant, épice magique, tannins enrobés et crémeux, quoique toujours un peu anguleux. Fantastique potentiel. Excellent ++

Domaine Robert Denogent
Confirmation d'une belle gamme de blancs de Bourgogne du sud que j'avais déjà bien gouté aux « Beaux Macs » et au Grand Tasting.
Un Mâcon village, les Sardines 2015 : floralité, acidité saline et bouche gourmande. J'ai soif ! Très Bien +
Un St Véran, les Pommards 2014 : frais, vif et salivant pour ce vin de demi-soif. Très Bien +
Un Pouilly-Fuissé, la Croix 2014 : construction atypique mais pleine de charme. Nez terpénique ! … que l'on retrouve en bouche. Me serais-je trompé de région ? Belle aromatique persistante, gras, allonge. Excellent +
Un Pouilly-Fuissé, le Clos Reyssié 2015 : de la poire en bouteille, de la fraîcheur et une très belle tension serrée. Excellent
Un Pouilly-Fuissé, les Cras 2014 : complexe, tendu, léger enrobage salin, très belle aromatique méridionale (de Bourgogne). Excellent
Un Beaujolais-village rouge, nature, cuvée Jules Chauvet 2014 : tendu, un léger enrobé salin mais une impression de manque de précision (le vin fût servi trop froid). A revoir

Voilà un moyen très agréable de lutter contre la morosité du troisième lundi de janvier. Vivement la prochaine édition !

Bruno

14 janvier 2017

Les belles filles devant les Cloux !


Spécial Pernand en ce week-end gris et froid.
En apéritif, un Pernand-Vergelesses, Devant les Cloux 2015, domaine Rapet Père et fils: un nez tout en douceur et en légèreté, frais, une pointe d'amers minéraux et (déjà) une impression de léger gras et de rondeur. En bouche, finesse et belle tension pour ce vin de soif, complétée par un gras bien présent, assez opulent sans jamais être lourd, accompagné d'un fruité presque floral. Finale sur une minéralité saline très avenante, salivante et marquée par de beaux amers frais et une touche vanillée. Un village de très belle facture. Excellent

Avec un magret de canard grillé, un Pernand Vergelesses, les Belles filles 2014, domaine Rapet Père et fils : nez immédiatement sur une corbeille de fruits rouges, très cerises, complétés par des notes de pierres chaudes et une pointe fumée caractéristique. On devine quelques notes glycérinées. En bouche, belle rondeur structurée, une tension acide bien présente et qui allonge le vin, des tannins qui ont du caractère (encore à laisser vieillir) et surtout une empreinte traçante. Superbe finale tellurique et fraîche, malgré la jeunesse. Aujourd'hui Très Bien +, demain potentiellement Excellent.

Bruno

8 janvier 2017

Reprise en douceur : fortune et infortune de la Bourgogne


Premier week-end de 2017. Les bonnes résolutions sont (déjà !) loin et la vie reprend son cours. Tradition oblige, les repas du samedi et du dimanche restent l'occasion de sortir et tester quelques bouteilles.
Au débotté, en guise d'un apéritif improvisé, un Chitry, cuvée Olympe 2013, Olivier Morin : un nez sur la finesse et la légèreté, montrant des notes citronnées, d'amers grillés très mesurés et un équilibre assez vif, proche d'un aligoté. En bouche, le vin reste sur une belle tension, mais complétée avec succès par une chair aromatique bien développée et un joli fruité (type fruits blancs). Léger gras, minéralité cristalline et grillé précis, avec une empreinte en bouche du plus bel effet. Très belle finale vive, traçante et sapide, qui se prolonge par des amers gourmands. Un vin fin, vif, et de belle définition. Excellent
Pour accompagner un filet mignon de porc à la crème, un Morey-Saint-Denis, premier cru les Faconnières 2009, domaine Stéphane Magnien : un premier nez très prometteur, explosif, sur une corbeille de fruits rouges (cerises), une pointe fumée assez marquée ... derrière laquelle on décèle toutefois un côté un peu « raide » (acide ?). En bouche, confirmation : c'est assez strict, manquant clairement de charme. Tannins et structure de mi-corps, presque diluée. Forte épice qui vient cacher le fruit, comme une sorte de salinité « too much », caricaturale, d'autant plus que la maturité ressentie semble en deçà ... Finale cohérente à l'ensemble, courte, raide et banale. Moyen

Bruno

1 janvier 2017

Pour bien débuter 2017

Réveillon tranquille à la maison, pour attendre le passage à la nouvelle année. Petits plats dans les grands tout de même avec :
 
En accompagnement d'un saumon fumé de noble origine, un Chablis, grand cru Grenouilles 2000, cave de la Chablisienne : un nez tout en légèreté et en finesse, sur des notes florales anisées, un soupçon de chèvrefeuille et une pointe d'évolution qui se traduit par un côté miellé, plutôt puissant mais pas empâté. Retour sur la fraîcheur mentholée que j'apprécie particulièrement. En bouche, le vin est construit, bien développé sur une assise minérale fine (plus silex que calcaire) très cristalline, complétée par des notes de citron doux, de coquilles d'huitres et toujours cette impression mentholée. Puissance tellurique bien présente, presque tannique, associée à une tension chablisienne « typique » et à un gras qui enrobe l'ensemble. Un vin droit mais pas monolithique, qui finit sur une superbe finale en pleine cohérence, claquante, gourmande et élancée. Exceptionnel

Avec un rôti de bœuf, un Volnay, premier cru les Champans 1998, domaine du marquis d'Angerville : robe profonde, d'un rouge ne montrant aucune évolution particulière. Magnifique nez qui pinote, encore sur sa (prime ?) jeunesse. Notes de fruits rouges intenses, d'une belle maturité, plutôt sur les cerises noires et une touche d'épices et de notes fumées. Bouche qui possède du caractère, un grain tannique bien présent, un toucher de bouche somptueux, sur une base clairement fruitée et presque florale. Une évolution modérée est perceptible par des notes évanescentes de pruneau et de figues. La composante épicée douce apporte un supplément de volume et laissent une belle impression de velours en bouche. Superbe finale sur une amertume mesurée, dégageant une très belle énergie tellurique. Un caractère terrien que j'affectionne. Exceptionnel
L'année 2016 se termine bien, en attendant un millésime 2017 espéré plus serein.
Meilleurs vœux à toutes et à tous : santé, bonheur et prospérité (et quelques belles bouteilles).

Bruno