3 décembre 2016

Tasting au domaine Chicotot à Nuits Saint Georges


Retour à Nuits St Georges pour finir en beauté ce week-end bourguignon, et c'est naturellement au domaine Chicotot que notre véhicule nous mène, un peu comme s'il connaissait la route.
Chez Pascale, Georges et Clément, on ne vient pas que pour le vin. D'ailleurs, en cave, c'est plutôt discussions, blagues et choses de la vie qui nous intéressent, toujours dans un esprit de décontraction qui fait que, finalement, c'est toujours un moment magique, une sorte de parenthèse dans la vie par trop trépidante.
Merci à toute la famille (même si nous n'avons pas eu le plaisir de discuter avec Clément cette fois-ci) pour leur accueil et leur jovialité, car le vin est partage, bonheur et joie.

Commençons la dégustation par de (trop) rares 2016 sur fûts.
Nous sommes conscients d'être, l'espace d'un instant, des privilégiés pour pouvoir tremper nos lèvres dans un breuvage d'une rareté extrême, millésime tourmenté oblige.
Nuits St Georges, cuvée Velours : fruits très murs, sur le cassis, la myrtille et les épices. Très belle bouche serrée, caractérisée par une grande droiture et une fraîcheur très avenante. Grande promesse
Nuits St Georges, les Allots : structure plus corpulente, soyeuse, sur une base fumée. Très beaux tannins, abondants et de caractère. Sera grand
Nuits St Georges, premier cru en la Rue de Chaux : du gaz certes, mais un grain au nez, sur le café torréfié, les fruits intenses et très murs. Structure serrée en bouche, sur une base puissante, massive et … presque féminine ! Belle acidité marquée. Un potentiel de garde et de plaisir. Excellent
Nuits St Georges, premier cru les Vaucrains : vin superlatif, soyeux et élégant malgré sa corpulence. Un synthèse entre l'immédiateté des Allots et le sérieux des rues de Chaux. Tannins superlatifs. Excellent +
Nuits St Georges, premier cru les St Georges : réduction grillée au nez, notes de fruits torréfiés, fruits noirs profonds, tellurique. Peut-être à un stade moins aimable que les Vaucrains. Très Bien + (+) aujourd'hui (mais c'est un nourrisson).

Continuons avec quelques 2015 encore en élevage.
Bourgogne Coquelicot : joli fruit, belle maturité profonde, potentiel de garde lié à l'acidité. Un vin simple mais terriblement efficace. A boire entre copains l'été. Très Bien
Nuits St Georges, les Allots : charge tannique civilisée, presque crémée. Joli grain en bouche, du relief sur une base fruitée solide. Très belle finale claquante, traçante malgré sa trame encore serrée. Excellent (-)
Nuits St Georges, premier cru en la Rue de Chaux : impression générale de douceur, de grillé noble, de torréfaction. Bouche superbe, entre soie et velours. J'adore ! Excellent
Nuits St Georges, premier cru les Pruliers : très parfumé, presque évanescent sur la poudre de riz. Bouche aromatique, un peu atypique de Nuits, mais classique du climat. Un côté un peu réglissé sur la finale. Très Bien
Nuits St Georges, premier cru les Vaucrains : fruits murs et aromatiques, tannins frais quoiqu'encore anguleux, bouche traçante, droite, et se terminant sur une finale très soyeuse. Excellent +
Nuits St Georges, premier cru les St Georges : à la fois plus de puissance et plus d'élégance, avec une impression poudrée légère mais salivante. Le grand frère du vin précédent, superbe de complexité, de fraîcheur et de structure. Exceptionnel

Place maintenant au millésime 2014 en bouteille, et en vente.
Nuits St Georges, premier cru les Pruliers : vin aimable, plutôt en place, se caractérisant par un équilibre structure / acidité / tannins. Demi-corps soyeux et salivant. Très Bien +
Nuits St Georges, premier cru les Vaucrains : ATTENTION : grand vin (je me répète parfois). Fruité profond, juste maturité du raisin, notes réglissées, une pointe de menthol et d'épices, un peu style Roellinger. La bouche est très belle, en place déjà. Squelette avec une belle allonge, musculature bien présente, laissant une grosse empreinte en finale, sans jamais fatiguer le palais. Grillé ultra-persistant. Exceptionnel
Nuits St Georges, premier cru les St Georges : un peu opposé mais non dénoué d'intérêt. On bascule ici vers un vin puissant, viril et masculin. Grosse amertume sur le zan en finale. Potentiel énorme (et grande garde à prévoir). Le classicisme bourguignon. Excellent (+)

Deux cerises sur le gâteau …
Nuits, premier cru en la Rue de Chaux 1995 : évolution modérée, tant au niveau de la robe que du nez. Notes de cuir, de fourrure et de feuilles mortes. Bouche tout en toucher, à la Mac Enroe pour les adeptes d'un tennis spectaculaire. des touches de végétal noble viennent rafraîchir la bouche, et complexifier les fruits à l'alcool (cerise / kirsch) présents. Tannins polissés qui laissent une belle mâche. Excellent + (+)
Nuits, premier cru les Vaucrain 1957 : servi à l'aveugle, je vais finalement reprendre les notes de juin dernier pratiquement sans les modifier, tant le vin m'a impressionné par sa jeunesse et sa fougue, malgré quelques notes d'évolution modérée. La robe est finalement assez peu évoluée pour un presque sexagénaire. L'évolution sans la révolution j'allais dire au nez ! C'est-à-dire des notes tertiaires, sur les feuilles mortes, des touches de roses fanées, de ronce et surtout de menthol … mais sans ces notes champignonnées qui peuvent parfois déranger. La bouche est éminemment douce, soyeuse et fondue. C'est droit, séveux et avec un beau caractère aérien. Un côté kirch est magnifiquement présent. Tannins encore présents, un peu sucrés, avec une pointe de café. Trame acide encore vivace, tonique en finale, pour allonger à n'en plus finir le vin. A l'aération, les notes mentholées s'amplifient pour le plus grand plaisir de nos sens. On touche la substantifique moelle (François Rabelais). Que dire ? Simplement : merci Pascale.
3 heures passent toujours trop vite en bonne compagnie et c'est avec regret que nous devons repartir vers Beaune. Heureusement, et pour nous consoler, le restaurant de l'Hostellerie de Levernois nous attend pour un bouquet final.
Merci à toute la famille Chicotot pour cette belle parenthèse. RDV pris pour l'an prochain.

Bruno

Le restaurant l'Agastache à Volnay

Je vous en avais déjà parlé ICI en juin dernier, lors de la découverte de cette adresse. C'est un petit restaurant, mais une grande table et un accueil superlatif.

Sans prise de notes ni photos, nous y avons déjeuné deux midis de suite, et voilà quelques exemples des plats proposés.
  • St Jacques de la baie de St Brieuc / topinambour / bouillon de porc des montagnes
  • Oeuf bio cuit à basse température, velouté de légumes
  •  Flétan sauvage / courge / bouillon végétal
  • Paleron de boeuf, écrasé de pommes de terre
  • Crème brûlée vanille de Tahiti / fève de Tonka
Toujours une cuisine assez originale, très goûtue et une carte des vins avec quelques belles références ... et des découvertes.

Pour ces deux repas, ce fut : un Volnay 2011, domaine Bzikot de belle facture, un fruit assez profond, une charge tannique légère mais de caractère et une belle fraîcheur générale, puis un Santenay blanc 2014, domaine Bachey-Legros : plutôt rond, opulence mesurée, aromatique développée et belle structure acide.

Une adresse que je vous recommande très fortement, d'un rapport qualité / prix imbattable dans la région (moins de 140 € à 4 avec une bouteille de vin et des cafés).

A très bientôt et bonne continuation à ce couple sympathique.

Bruno

Tasting chez Alain Gras à Saint Romain

Deuxième domaine visité ce samedi matin. Nous arrivons chez Alain Gras à St Romain. Malheureusement, la brume tenace nous empêche de profiter du point de vue sur la vallée donnant vers Auxey Duresses.

Nous entrons donc directement dans la salle de dégustation et c'est le propriétaire lui-même qui nous reçoit, avec sa bonhomie et sa sympathique jovialité qui va ajouter du plaisir supplémentaire à une simple dégustation de ces (excellents) vins.
Le St Romain blanc 2015 présente une belle opulence au nez, sur des notes grillées et amandées, presque murisaltiennes. La bouche est complexe, à la fois ronde (effet 2015) et nerveuse, sur de neaux amers. grosse minéralité de structure pour ce « petit » Meursault ! Très belle finale sur des amers sapides. Excellent
L'Auxey Duresses blanc 2015 est plus terrien et plus charpenté au nez. Belle aromatique générale, sur une structure en bouche très vineuse et tellurique. Joli soyeux qui s'associe avec bonheur à un grillé noble en finale. Fine salinité pour un potentiel superbe. Excellent (+)
Le Meursault les Tillets 2015 est plus fermé au nez, sur des notes toutefois à la fois fines et grasses. Impression de très grande élégance potentielle. Vanillé d'élevage en bouche, encore présent mais qui ne couvre pas la trame, élégante, sur des notes d'amandes grillées. Finale d'une belle empreinte, fraîche, aromatique et traçante. Excellent +
Le St Romain rouge 2013 est une corbeille de fruits rouges au nez, presque explosif. Bouche de demi-corps certes, mais déjà bien ouverte. Trame tannique fine et légère. Un beau potentiel. Très Bien +
L'Auxey Duresses rouge VV 2015 est sur un registre de fruits noirs (cerises), de grosse maturité, avec des notes épicées bien présentes. Le grain tannique est encore un peu anguleux, mais décèle un potentiel énorme. Elégance et notes fraîches sur une finale aromatique, tendue par une belle acidité. Excellent +
Voilà, une gamme courte mais toujours de très haut niveau. Nous remercions une nouvelle fois Alain Gras pour son accueil et ses explications. Un domaine trop injustement méconnu (mais tant mieux pour nous), et qui sait rester sage et raisonnable au niveau prix. Vive le réchauffement climatique !

Bruno

2 décembre 2016

Le Bistrot du bord de l'eau à Levernois

En cette fin de première journée d'un week-end tant attendu, nous voilà de nouveau à la table du Bistrot du Bord de l'eau, pour un repas alliant le classique bourguignon et la bistronomie.
Menu du dîner composé d'une entrée, d'un plat et d'un dessert.
 Les Oeufs Façon Meurette au Chardonnay. Un classique dans lequel le Chardonnay apporte une touche féminine et de fraîcheur acide très bien venue. Même si les puristes disent que les oeufs meurette sont à base de pinot, je me régale à chaque fois.

Tartare de Saumon au Sésame et Condiment
 
 Lieu Jaune, Mijoté de Légumes et Nage au Beurre d'Algues. Cuisson millimétrée du poisson et belle association avec la mijoté de légumes très aromatique et anisée.

Crèpe fourrée à la Crème de Marron et Sorbet Mandarine. Très belle association entre le côté farineux de la crème de marron et le traçant de la mandarine. Impression de fraîcheur. Superbe.

Tartelette de Poires Pochées, Crème au Café et Fruits Secs

Avec le repas, nous avons pris un Saint Aubin, premier cru en Remilly 2013, Marc Colin : un classique dans la famille. Je l'ai trouvé ayant pris une dimension supplémentaire, sur une minéralité pulignienne, un grillé / rôti moins imposant, et toujours cette trame acide et traçante qui se marie avec bonheur avec de beaux amers en finale. Excellent
L'esprit de l'étoilé voisin est bien présent. Si les produits sont moins luxueux, la préparation respecte les mêmes critères d'exigence. Et cela se voit dans l'assiette. Une véritable valeur sure à des prix doux. Vivement l'an prochain.

Bruno

Tasting au domaine Rapet à Pernand-Vergelesses



La tradition, ça a du bon a-t-on coutume de dire. Donc, pour respecter une sorte d'ordre établi, notre première visite et dégustation se déroule presque toujours, au rythme d'un métronome, à Pernand-Vergelesses au domaine Rapet Père et fils.
Cette année, nous sommes reçu par Vincent, l'homme de confiance du patron, avant que celui-ci vienne nous rendre une petite visite entre deux cuves.
Débutons la dégustation par les blancs.
L'Aligoté 2015 est frais, très vif, citronné, avec une grosse réserve acide. Vin tonique, qui se termine sur une finale salivante qui claque. Gros potentiel de garde. Très Bien
Le Pernand-Vergelesses village 2015 est assez rond, millésime solaire oblige. Un très joli grillé salin, une grande élégance pour ce vin de soif et de copains. Retour final sur une touche vanillée du plus bel effet. Déjà prêt à boire ? Presque oui (et cela va être difficile de l'attendre. Excellent
Le Pernand-Vergelesses, premier cru Clos du Village 2015 est plus minéral au nez, mais toujours aérien. La bouche révèle une belle construction saline, minérale, profonde et ronde. Très belle finale sapide. Très Bien + aujourd'hui, excellent en devenir.
Le Corton-Charlemagne Grand cru 2015 est plutôt fermé, sur une construction très puissante, presque sur des standards chablisiens. Moins immédiat aujourd'hui sans doute, mais un potentiel énorme. Finale fine et ultra-persistante. A attendre comme toujours. Excellent +
Le Corton-Charlemagne Grand cru 2009 (issu d'une bouteille extérieure au domaine) est un magnifique chardonnay déjà bien en place. Grillé noble, complexe sur une base puissante, élégance opulente du millésime, sapidité des amers finaux (grains de sésame grillés), et rondeur grasse tout en équilibre. Exceptionnel.
Passons ensuite aux rouges.
Pernand-Vergelesses village 2014 : une tuerie de fruits rouges et noirs, sur la cerise fumée (comme très souvent). Belle acidité pour un vin très ouvert, déjà très (trop ?) plaisant. Belle structure et des tannins civilisés. J'ai soif ! Excellent (+)
Savigny les Beaune, les Fourneaux (village) 2014 : un côte végétal plus affirmé, des tannins plus fermes et un fruit moins expansif. L'ensemble est équilibré et frais. Très Bien
Savigny les Beaune, premier cru les Fourneaux 2014 : toute la complexité de la Bourgogne, mais c'est cela qu'on vient aussi chercher dans cette région. Phase de fermeture, mais on perçoit une belle promesse. J'en veux pour preuve ces notes de ronces, ces touches de réglissé et une assise tannique et acide en pleine symbiose. Très Bien +
Pernand-Vergelesses, premier cru les Vergelesses 2014 : un végétal fin et élégant, un fruité fumé équilibré, un côte soyeux en bouche. Belle marque pour ce vin qui laisse une empreinte en finale. Excellent
Pernand-Vergelesses, premier cru Ile les Vergelesses 2014 : le grand frère, avec un supplément de structure et de tannins, du velours en bouche, un grain tellurique qui a du caractère. Très gros potentiel pour mon "chouchou" historique dans la gamme de Vincent Rapet. RDV dans 10 ans minimum. Excellent +
Beaune, premier cru les Grèves 2014 : joli nez sur les fruits murs, plus pierres chaudes, minéralité sur le silex, tranchant et corpulent. Belle puissance équilibrée en bouche, avec un grain tannique toutefois plus marqué, légèrement crémeux. Rarement mon vin préféré mais j'avoue avoir été conquis. Pour amateur de muscles Excellent
Corton Pougets Grand cru 2014 : on tutoie les sommets. Du fruit au nez, sérieux et vineux, sur le kirsch et le pruneau (?). Belle bouche puissante, mais dans un style "coulant". Tannins élégants quoique abondants, déjà partiellement polissés, presque crémeux. Finale sur une belle acidité traçante et fraîche, presque salivante. Excellent + (+)
Corton Grand cru 2013 : je suis passé complètement à côté. Bouche serrée, sur une belle acidité, mais ne se donnant pas aujourd'hui. A revoir.
Voilà, notre visite annuelle s'achève sur quelques emplettes (les bonnes résolutions, c'est dans un mois) et nous repartons avec l'espoir que nos pas nous guident de nouveau sur la colline de Corton l'an prochain.
Merci aux deux Vincent pour leur accueil, leurs explications et la possibilité de pouvoir (presque) tout gouter sans restriction ni rationnement.


Bruno